Actualités du club

La pose longue

Photoclub de Vienne Séance du 19 janvier 2016
Notes de Jean Riondet

C’est une modalité d’expression photographique qui utilise les variations sur la vitesse d’obturation pour rendre flou ce qui bouge et garder net ce qui est immobile…

En effet nous augmentons la vitesse d’obturation chaque fois que nous souhaitons avoir le maximum de netteté sur un objet en mouvement.

Dans le cas de la pose longue, c’est l’inverse qui est recherché.

De nuit si par exemple nous souhaitons photographier du sommet d’un pont une rue peu éclairée, le temps de pose sera de quelques dizaines de secondes à quelques minutes selon le diaphragme choisi et la valeur iso donnée au capteur. Dans ce cas, on conçoit aisément que les phares des voitures feront des trainées de couleur sur l’image.

Img4200

Principes

Comme le couple vitesse diaphragme conserve une valeur constante compte tenu de la luminance du sujet (quantité de lumière qu’il reflète), si on souhaite faire de même en plein jour, en ralentissant la vitesse on devra fermer le diaphragme bien au-delà des valeurs possibles (généralement pas au-delà de f/22 sur nos objectifs ). Il faut alors réduire la quantité de lumière qui entre dans l’appareil en plaçant devant l’objectif un filtre dit Gris Neutre (GN) d’une valeur telle que l’on doive augmenter le temps de pose dans de très fortes proportions.

Par exemple avec ajout d’un filtre de valeur 1000 on multipliera la vitesse de l’appareil par cette valeur : si le temps de pose donné par l’appareil devrait être de 1/500° de sec à f/8, en ajoutant le filtre et sans changer le diaphragme la nouvelle vitesse sera :

1000 x 1/500 = 2 secondes

Avec une telle vitesse tout ce qui bougera sera flou.

Et selon le temps choisi le flou sera plus ou moins prononcé, le lissage de ces parties floues plus ou moins fort. Les exemples montrés les plus démonstratifs de ce point de vue ont été faits sur le mouvement de l’eau (ruisseau, torrent, océan…)

Pose Longue – © Eric Heymans

Pose Longue – Nieuwport : 16mm – f/16 – Iso100 – 82s – Filtre Gris Neutre ND110 / © Eric Heymans

Mais bien d’autres exploitations de ce phénomène de transformation de la réalité sont à explorer, des photos de Cl. Thieffine prises dans a voiture en roulant donnent des effets spectaculaires.

On a également vu comment les prises de vues des fontaines de la place de la Cpncorde, de la grande roue de la place Bellecour à des vitesses variées fournissent des images très spectaculaires.

Le matériel

Il est assez simple, bon marché avec des produits basiques, onéreux dès que l’on vise la qualité des produits. Ce est une constante en photographie !

Pour des photos de nuit il n’est généralement pas nécessaire de travailler avec des filtres

Par contre de jour Il faut le plus souvent se procurer des filtres gris neutre (GN), de diverses opacité. Il est intéressant d’avoir 2 filtres éventuellement de même valeur qui en s’ajoutant permettent d’avoir une très grande plage de temps d’exposition. A défaut un seul filtre de valeur 1000 est un bon début.

I Il existe deux types de filtres : vissant ou sur porte filtre

1 – Filtres vissant : faciles d’emploi, on peut aisément y mettre un par soleil, mais il faut en avoir autant que de diamètres d’objectifs sauf acheter un filtre du plus grand diamètre des optiques et d’adapter pour les diamètre plus petits des bagues de réduction

http://www.labaguephoto.com/fr/51-bague-de-reduction

A noter que deux filtres polarisant l’un linéaire et l’autre circulaire produisent en bougeant l’un para rapport à l’autre le même effet que le filtre GN mais de valeurs variables. On observera également moins de distorsion dans les verts.

http://www.singh-ray.com/shop/vari-nd-variable-neutral-density-filter/

2 – Filtres sur support de filtres : un support se visse sur l’objectif qui permet de placer des filtres carrés de diverses valeurs, c’est le matériel Cokin qui est le plus connu, le plus basique le moins cher.

Avantage, on peut ajouter des filtres jusqu’à 3 filtres (filtres GN, polarisant ou dégradés…), le support est universel et adaptable avec des bagues à tous les diamètres des objectifs

Inconvénient : c’est encombrant et le pare soleil est volumineux mais il est obligatoire pour éviter les lumières parasites qui se glisseraient entre les filtres et l’objectif.

La qualité des filtres importe pour limiter les distorsions lumineuses et les effets de diffraction dus aux défauts de parallélisme des deux faces du filtre.

  • Cokin bas de gamme peu cher très bien conçu pour un usage ordinaire
  • Hoya : prix moyen qualité très correcte
  • B&W : cher et de très bonne qualité
  • Lee : très cher qualité pro

II – Autres accessoires :

Le pied

Il est indispensable pour les poses longues.
Il doit être stable et léger (!) ce sont deux conditions antagonistes. Aussi on choisira un pied dans le meilleur rapport poids/ stabilité et qui puisse être lesté pour assurer une plus grande stabilité. Certains ont un crochet sous le mat central auquel on accroche un sac où l’on place des pierres.
Un niveau est bien utile pour assurer l’horizontalité de l’appareil.

Le déclencheur à distance :

Il sera soit à fil, soit radio, quelques euros sur Internet. Le fait d’appuyer sur le bouton peut engendrer un bougé.

Une table de correction du temps d’exposition

selon la valeur du filtre souvent proposée par le fabricant du filtre
Du gaffeur pour fixer la bague de mise au point

Un compte pose celui du téléphone ou chez Boulanger (3€)

III – Mise en œuvre

  1. Pour obtenir les meilleurs résultats, travailler à la valeur nominale du capteur qui est en général de l’ordre de 100 iso (à vérifier sur le manuel). Donc fixer la valeur iso à ce niveau.
  2. enlever le filtre UV (il augmente le vignetage)
  3. débrayer le mode stabilisateur (sur un pied il engendre du flou) et l’autofocus, se mettre en position déclencheur à distance
  4. régler le diaphragme sur f/8 ou f/11 qui sont les valeurs optimales pour cet exercice. A définir pour chacune des optiques
  5. faire la mesure du temps d’exposition donné par l’appareil, la noter
  6. mettre les filtres, cadrer, régler la netteté, bloquer les bagues par du gaffeur ou des élastiques pour que la mise au point ne bouge pas durant les manipulations. Si l’obscurcissement est trop fort, faire les réglages de mise au point avant la pose du filtre. Bien bloquer la bague de mise au point
  7. relever le miroir prendre la photo

NB :

Selon les appareils une durée maximale de la pose peut être indiquée car l’excitation électrique du capteur engendre un échauffement qui peut lui être préjudiciable.

Plus la pose est longue plus on a des distorsions lumineuses

Selon les appareils l’œilleton peut ou non être source de lumière parasite, le boucher le cas échéant.

Pour plus de détails :

http://ericheymans.com/des-poses-longues-tres-longues/

Rendez-vous avec vos photos le 16 février 2016

3 commentaires

  1. Jean Moreno
    7 février 2016 at 22 h 59 min — Répondre

    De belles images et une très bonne explication de la pose longue
    Bravo

  2. leroy jean-pierre
    8 février 2016 at 10 h 43 min — Répondre

    Merci Daniel pour ces explications et aussi pour ta photo dont je suis impatient de voire “les petites sœurs”!

  3. leroy jean-pierre
    8 février 2016 at 10 h 45 min — Répondre

    lire voir ,bien entendu !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Poste de travail

Article suivant

EXPOSITION AU PHOTO CLUB DE VIENNE

PCV

PCV

Rédaction du Photo-Club de Vienne