Photos des auteurs

Apparition

Comme tous les matins de l’hiver, aux premières lueurs de l’aube, je prépare les mangeoires pour les petits visiteurs quotidiens de mon jardin ( chardonnerets, mésanges, pinsons, rouge-gorge, …). Mais aujourd’hui, un visiteur inattendu est passé par ici, de très bonne heure et avant même la venue des petits oiseaux. Mais qui surveille qui dans cette histoire…le photographe ou le geai ?

8 commentaires

  1. 24 janvier 2020 at 14 h 27 min — Répondre

    Le Geai des chènes . Pas facile a photographier:très farouche.
    Bien vu.
    Armand

    • François Marlot
      24 janvier 2020 at 14 h 34 min — Répondre

      Oui, vraiment pas facile à photographier parce qu’il vient manger avant les autres oiseaux, donc très tôt, donc peu de lumière et il faut jongler avec la vitesse d’obturation et les isos….pas simple pour avoir une photo correcte. Merci à toi, Armand

  2. Carlier
    25 janvier 2020 at 10 h 08 min — Répondre

    bien vu François format carré convient bien derrière ce premier plan branchu je trouve.

    • François Marlot
      25 janvier 2020 at 11 h 04 min — Répondre

      Ce premier plan est voulu parce que pour moi, il renforce la notion de “qui surveille qui ” à travers cet espace libre, le photographe ou l’oiseau.
      Quant au format carré, je trouve aussi qu’il convient bien, il permet de cerner l’essentiel du sujet ;o)
      Merci pour ton commentaire , l’ami Guy ;o)

  3. Elyane
    3 février 2020 at 17 h 20 min — Répondre

    Bravo pour ce shoot difficile
    J’ai rarement eu un Geai à portée d’objectif !
    Bien sûr d’accord pour le format carré !
    Daniel

    • François Marlot
      3 février 2020 at 17 h 28 min — Répondre

      Je savais bien que le format carré te plairait ;o)) ceci dit, il s’est imposé de lui même pour contenir l’arbre flou du 1er plan qui crée la fenêtre.
      Merci daniel ;o)

  4. 6 février 2020 at 12 h 48 min — Répondre

    Un portrait saisissant, j’aime bien la compo 🙂

    • François Marlot
      6 février 2020 at 13 h 41 min — Répondre

      C’est sympa, Thomas, merci beaucoup.
      Le geai est très méfiant. Il faut user de patience et de persévérance parce que le moindre bruit ou le moindre geste incontrôlé est fatal.
      Merci Thomas ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

les 1000 étangs dernière

Article suivant

Prise de vue sur le grand large hier Matin

François Marlot

François Marlot